Questions fréquentes


voir la vidéo

Le cancer de la peau

Les cancers dont le dépistage est individuel

Il existe 2 types de cancer de la peau :

Le carcinome, le plus courant, apparaît souvent après 50 ans, habituellement sur les parties découvertes du corps, il est facilement guérissable dans la majorité des cas si traité à temps.

Le mélanome, grave, se présente à tout âge, mais il est rare chez les enfants. Il se manifeste souvent soit par l’apparition d’une petite tâche pigmentée sur la peau saine, soit par la modification d’un grain de beauté.

Dans tous les cas protégez-vous du soleil et en cas de doute, consultez votre médecin.

L’examen de dépistage
Le mode de détection précoce du mélanome

C’est quoi ?

C’est un repérage visuel des taches ou grains de beauté pouvant faire suspecter un cancer de la peau. Il peut être fait par la personne elle-même en cas de doute sur une tache ou un grain de beauté ayant évolué ; par un médecin au cours d’un examen pour une autre raison ; par un dermatologue lors d’une consultation de dépistage ou lors d’une surveillance dans le cas d’une famille à risque héréditaire.

Les critères de la « règle ABCDE » aident à repérer les signes suspects dès leur apparition :

A comme Asymétrie :
forme non circulaire, avec deux moitiés qui ne se ressemblent pas.


B comme Bords irréguliers :
bords dentelés, mal délimités.
 

C comme Couleur non homogène :
présence de plusieurs couleurs (noir, bleu, marron, rouge ou blanc).
 

D comme Diamètre :
diamètre en augmentation, en général supérieur à 6 mm.



E comme Evolution :
toute tache pigmentée qui change d’aspect rapidement (forme, taille, épaisseur, couleur) est un signe d’alerte.

 

La présence d’un ou plusieurs de ces critères ne signifie pas forcément que l’on a un mélanome, mais il est important de ne pas les négliger et de demander un avis médical sans attendre.
Qui doit le faire ?

Tout le monde est susceptible de développer un mélanome et doit être attentif aux signes d'alerte (règle ABCDE). Mais nous ne sommes pas tous égaux face à ce risque.

Une surveillance particulière est donc recommandée aux personnes :

à peau claire, cheveux blonds ou roux, qui bronzent difficilement ;
avec de nombreux grains de beauté (plus d’une cinquantaine) ;
avec des grains de beauté congénitaux (présents dès la naissance) ou atypiques (larges, irréguliers) ;
qui ont des antécédents familiaux de mélanome (père, mère, enfants, frère ou sœur ayant eu un mélanome) ;
qui ont déjà eu un mélanome (risque de récidive) ;
qui ont eu des coups de soleil sévères pendant l’enfance ou l’adolescence ;
qui pratiquent fréquemment une activité de plein air.
Quand le faire?

La fréquence doit être évaluée avec son médecin traitant ou son dermatologue en fonction de son niveau de risque. Pour les personnes présentant un risque (avec les caractéristiques ci-dessus), il est recommandé d’effectuer un auto-examen de sa peau régulièrement et de se faire examiner par un dermatologue une fois par an.

Où le faire?

On peut consulter son médecin traitant qui adressera à un dermatologue les personnes à risque (voir critères ci-dessus) ou présentant une tache suspecte sur la peau. Lorsque le médecin traitant repère un signe suspect, cette suspicion doit être confirmée par un dermatologue. C’est lui qui est expert pour réaliser l’examen de la peau, repérer les signes pouvant faire suspecter un cancer et décider ou non d’enlever l’anomalie suspecte.

Il est possible de bénéficier d’un dépistage gratuit lors de la journée nationale de dépistage des cancers de la peau : elle est organisée chaque année en mai par le Syndicat national des dermatologues, en partenariat avec l’Institut National du Cancer.

 

En pratique

Les consultations de dépistage ont lieu au cabinet du dermatologue. Il réalise un examen visuel complet de la peau pour repérer les taches ou grains de beauté pouvant faire suspecter un cancer. Il peut s’aider d’un dermoscope, sorte de loupe éclairante et très grossissante qui permet de voir à travers la première épaisseur de l’épiderme. Chez les personnes ayant un grand nombre de taches pigmentées, la réalisation régulière de photos peut être utile pour observer de petits changements qui pourraient passer inaperçus.

Lorsque le dermatologue suspecte fortement un mélanome, il retire la lésion sous anesthésie locale pour la faire analyser. L’intervention est réalisée au cabinet du dermatologue ou à l’hôpital et ne nécessite pas d’hospitalisation. Seul l’examen anatomopathologique (analyse au microscope) du prélèvement permet de confirmer ou non le diagnostic de mélanome.

En savoir plus : www.prevention-soleil.fr

<<  Décembre  2017  >>
Sem Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
48 27 28 29 30 01 02 03
49 04 05 06 07 08 09 10
50 11 12 13 14 15 16 17
51 18 19 20 21 22 23 24
52 25 26 27 28 29 30 31



Les centres de dépistage
des cancers en france

 
 
 

Ce site est dédié au dépistage et à la prévention du cancer
Création & réalisation 3wcom