Questions fréquentes


voir la vidéo

Chute des cheveux   (alopécie)
L'alopécie est la chute des cheveux et des poils pouvant notamment survenir à l'occasion d'un traitement comme la chimiothérapie. Elle est temporaire.
Chez la majorité des personnes, les cheveux et les poils repoussent à l'arrêt du traitement, parfois quelques mois après. Les cas de non-repousse sont très rares.

Généralités

La chimiothérapie agit sur les cellules qui se divisent vite car les cellules cancéreuses ont tendance à se diviser plus que les autres. Les cellules du bulbe pileux (racine du poil, racine du cheveu) se divisent également beaucoup, ce qui entraîne souvent leur destruction en cas de chimiothérapie. Il arrive donc de perdre ses cheveux et ses poils (y compris les sourcils et cils). Les cheveux peuvent aussi tomber à la suite d'une radiothérapie. Mais dans ce cas, seules les zones du corps visées par les rayons sont sujettes à l'alopécie.

La chute des cheveux commence généralement deux à trois semaines après le début de la chimiothérapie, mais parfois dès la première séance. La chute peut être brutale ou espacée suivant le type de molécules utilisées et les doses administrées. Les cils et les sourcils tombent généralement un peu après les cheveux, mais cela reste variable.

Les cheveux repoussent le plus souvent à la fin des traitements, parfois quelques mois après, à raison d'environ un centimètre par mois.

Certains éléments peuvent différer cette repousse :     
• la prise de corticoïdes à haute dose ;    
• l'hormonothérapie ;        
• la prise d'Interféron, qui sont des protéines utilisées dans le cadre du traitement de certains cancers.   

L'aspect des cheveux peut être modifié lors de leur repousse : couleur, nature (raides, frisés, plus ou moins épais…) mais ils retrouvent souvent leur nature d'origine. Par ailleurs, il vaut mieux éviter les traitements susceptibles d'abîmer les cheveux dans les six premiers mois de repousse (teintures, permanentes, brushings, défrisages...).

Par ailleurs, la chute des cheveux n'est pas systématique. Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte :        
• certaines molécules ou des molécules administrées à petites doses entraînent moins la chute des cheveux ;        
• certaines personnes ont une nature de cheveux plus résistante ;     
• le port du casque réfrigéré peut parfois limiter la chute.

Limiter la chute des cheveux

Certains médicaments entraînent une alopécie très importante, voire complète. Lorsqu'il s'agit d'un médicament dont la dégradation est rapide, l'équipe soignante peut proposer un « casque réfrigérant » ou « casque réfrigéré ». Il s'agit en fait plus d'un bonnet glacé que d'un casque. L'utilisation de ce casque réfrigérant dépend du type de traitement. Il permet de réduire le calibre des vaisseaux (vasoconstriction) de la tête. L'afflux sanguin est ainsi diminué au niveau du cuir chevelu, qui est donc moins en contact avec le médicament. Cela apporte une diminution importante du risque d'alopécie, mais cela ne l'évite pas dans tous les cas.   

L'efficacité du casque dépend de plusieurs facteurs
les molécules utilisées dans la chimiothérapie et leur combinaison ;
les modes d'administration de la chimiothérapie (association et nombre de molécules, durée de la perfusion) ;
la nature des cheveux de la personne, sa façon d'en prendre soin (il est recommandé d'éviter tout traitement agressif sur les cheveux pendant la chimiothérapie) ;
la longueur des cheveux de la personne (il est recommandé de se couper court les cheveux avant le début de la chimiothérapie car cela diminue l'écran de chaleur que constituerait une chevelure épaisse ; cela permet également de s'habituer      progressivement à sa nouvelle image) ;
la gestion du casque par l'équipe soignante lors de la chimiothérapie : dans l'idéal, il devrait être posé environ 10 minutes avant le début de la perfusion sur cheveux mouillés, changé régulièrement, afin de rester bien froid tout au long de la perfusion, et retiré entre 10 et 30 minutes après la fin de la perfusion selon que la personne tolère plus ou moins bien le froid.

Il est conseillé de se laver les cheveux la veille ou le matin même de la séance de chimiothérapie (utiliser un shampooing doux) puis d'attendre 3 à 4 jours après la séance avant de les laver à nouveau. Mouiller les cheveux à l'eau froide permet de favoriser la production du froid et donc d'améliorer la réfrigération du cuir chevelu. La personne porte en général une sorte de bonnet, appelé charlotte, qu'il est recommandé d'humidifier avant la pose du casque.

En fonction de tous ces facteurs, le casque réfrigérant pourra éviter la chute de cheveux, la réduire, la retarder ou bien encore être sans effet bénéfique. Les études montrent des taux de réussite très divers et des pratiques de soins tout aussi diverses selon les services.

A noter : l'utilisation du casque peut être contre-indiquée dans le traitement de certains cancers (certaines leucémies, tumeurs ou métastases cérébrales) ou inopérante dans le cas de chimiothérapies en continu par pompe ou de chimiothérapies par voie orale. Par ailleurs, le froid peut déclencher des douleurs chez les personnes souffrant de migraines. D'autres inconvénients peuvent apparaître lors de l'utilisation du casque : sensation de froid intense, maux de tête, douleurs oculaires, douleurs cervicales. Les personnes qui supportent trop mal le casque peuvent être amenées à renoncer à son utilisation.

A noter également : Il est conseillé d'apporter une écharpe ou une serviette de bain pour se couvrir le cou pendant le port du casque, ainsi qu'un vêtement chaud pour réduire la sensation de froid général.

 

La chute des cils et des sourcils

La chimiothérapie peut entraîner une chute des cils et des sourcils, comme pour les cheveux.

Il existe des solutions lorsqu'on a perdu ses cils et ses sourcils :

on peut apprendre à se dessiner des sourcils avec un crayon de maquillage.
il existe des pochoirs afin de faciliter le dessin des sourcils, soit au crayon, soit avec une poudre.
les techniques de maquillage semi-permanent peuvent également donner de bons résultats. Pour les personnes en traitement, il est très important de respecter des règles d'hygiène très strictes. Le mieux est donc de voir une dermographe, c'est-à-dire une esthéticienne ayant reçu une formation particulière.
Limiter les problèmes d'ongles

Certains produits utilisés en chimiothérapie abîment les ongles. Les ongles peuvent tomber, mais c'est très rare. Le plus souvent, ils ne tombent pas véritablement, mais ils peuvent devenir cassants, striés, se dédoubler. Ils peuvent se colorer (hyperpigmentation). L'aspect des ongles redevient progressivement normal à l'arrêt du traitement, en quelques semaines.

Dans certains cas, il est possible d'utiliser des moufles réfrigérantes le jour de la chimiothérapie pour tenter de les préserver. Ces moufles peuvent être fournies par l'hôpital. De la même façon, on peut utiliser des chaussettes réfrigérantes pour les ongles des pieds. Ces chaussettes ne sont pas toujours fournies par l'hôpital. Dans certains hôpitaux, il est parfois possible d'apporter soi-même son bloc de glace (par exemple les recharges de froid des glacières) et une paire de chaussettes à enfiler lors de la séance de chimiothérapie.        

A noter : l'utilisation des moufles et des chaussettes réfrigérantes est contre-indiquée pour les personnes souffrant de la maladie de Reynaud, de métastase distale, d'artériopathie distale. Il est donc très important de vérifier ce point avec l'équipe soignante.

Par ailleurs, même s'il n'existe pas d'études scientifiques en la matière, certaines femmes ont remarqué que le vernis peut s'avérer efficace pour préserver les ongles. L'utilisation du vernis pour protéger les ongles est donc présentée ici plus comme une astuce que comme une véritable recommandation issue de la recherche :
La veille ou le jour de la séance de chimiothérapie, on met deux couches de vernis foncé non nacré. On peut retirer le vernis une fois la séance de chimiothérapie terminée. L'important est de renouveler l'opération avant chaque séance de chimiothérapie. Si le vernis s'écaille, on le retire avec un dissolvant sans acétone et on renouvelle la pose des deux couches de vernis foncé non nacré.

La perruque : coût et remboursement

Plusieurs accessoires peuvent aider, pour les personnes qui le souhaitent, à couvrir ou à masquer la perte de cheveux : foulard, turban, chapeau ou bien encore perruque.
Pour ce dernier accessoire, la nature des cheveux utilisée est déterminante. Il apparaît, en effet, que les cheveux naturels sont plus chers que les cheveux synthétiques.

Les premiers prix des perruques « prêt-à-porter » en fibres synthétiques tournent autour de 125 euros et peuvent atteindre 600 euros environ (selon le type de montage : machine ou main).

Le prix des perruques en cheveux naturels démarre autour de 700 euros et peut atteindre plusieurs milliers d'euros pour une perruque faite à la main, sur mesure.

La perruque fait l'objet d'une prescription par le médecin (renouvelable si nécessaire). Elle est prise en charge à hauteur de 125 euros par l'Assurance maladie. Le vendeur remplit une feuille de soins à cet effet, exactement de la même manière qu'un opticien pour des lunettes. Un complément peut être remboursé par une assurance complémentaire. Ce remboursement est très variable selon le type de contrat dont on bénéficie. Il peut couvrir de une à six fois le forfait de l'Assurance maladie.       

Attention : Il est important de se renseigner avant de se rendre dans un magasin, car tous ne permettent pas de bénéficier de la prise en charge de la Sécurité sociale ni du tiers payant (ils n'ont pas tous effectué les démarches nécessaires).   

Les personnes affiliées à la Couverture Maladie Universelle (CMU) ou couvertes par l'Aide Médicale d'État (AME) bénéficient du droit au tiers payant. Elles n'ont pas à avancer la part correspondant au forfait assurance maladie. Elles doivent présenter au vendeur leur attestation de Carte vitale qui prouve leur affiliation à la CMU, ou leur attestation d'admission à l'AME en cours de validité.

Par ailleurs, les infirmières et les assistantes sociales de l'hôpital connaissent souvent les différentes possibilités d'aides ou de prêts. Les services hospitaliers disposent parfois de perruques ou accessoires donnés par d'anciennes patientes. Certaines associations de patients offrent aussi des aides financières ou redistribuent des perruques.  

A savoir :    
Des échanges de perruques sont organisés entre personnes malades, dans les forums des sites dédiés au cancer sur Internet, par exemple :
sur le site de l'association Essentielles :    www.essentielles.net
sur le site de la Ligue contre le cancer:     www.ligue-cancer.net
sur le site de l'association Jeunes solidarité cancer:   www.jeunes-solidarite-cancer.org 

Conseils

Il est important de laver sa perruque. La personne ayant vendu la perruque est souvent la mieux placée pour expliquer comment la laver.
Pour les perruques en fibres synthétiques : laver sa perruque au moins une à deux fois par mois avec du shampooing spécial dans une cuvette ; la rincer abondamment; appliquer éventuellement un soin (après-shampoing, baume régénérant suivant le type de perruque) ; rincer de nouveau ;  essorer dans une serviette éponge ; ne pas tordre la perruque, ne pas la plier, ne pas la coiffer mouillée ; la poser sur un support adéquat, idéalement un support en plastique ajouré (parfois offert avec la perruque). Éviter d'utiliser les têtes en polystyrène qui peuvent provoquer des moisissures.

Pour les perruques en cheveux naturels, il est préférable de la déposer chez le vendeur pour un nettoyage/remise en forme (coût 30 à 40€).     

Il est également important de se laver le crâne régulièrement avec un shampooing doux et d'appliquer ensuite une crème non grasse ou de l'huile d'amande douce en la faisant bien pénétrer pour hydrater le cuir chevelu, ce qui permet de limiter les éventuelles démangeaisons.

 

La charte des droits du client et des devoirs du vendeur

Certains vendeurs de perruques ont signé une charte des droits du client et des devoirs du vendeur, établie par l'Institut National du Cancer. Chez ces vendeurs, il est proposé certaines garanties.


Pour en savoir plus

Consulter la brochure sur Traitements du cancer et chute des cheveux

 

<<  Décembre  2017  >>
Sem Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
48 27 28 29 30 01 02 03
49 04 05 06 07 08 09 10
50 11 12 13 14 15 16 17
51 18 19 20 21 22 23 24
52 25 26 27 28 29 30 31



Les centres de dépistage
des cancers en france

 
 
 

Ce site est dédié au dépistage et à la prévention du cancer
Création & réalisation 3wcom